06 octobre 2011

Compétition

Et si au fond, les personnes que je trouvais intéressantes, il y a quelques mois, n'étaient pas plus intéressantes que ça, au final.
Bas les masques et amer constat.
Comme dans une relation amoureuse, j'étais devenue aveugle mais j'ai fini par retrouver la vue, il y a quelques semaines. Et, en résumé, ça pique les yeux!
Ou bien est-ce plutôt un grain de sable s'ajoutant au tas de ras-le-bol général que j'accumule en ce moment? Possible. Tout (des choses les plus futiles aux plus graves) ou presque tout me gave/me fatigue/m'énerve.
Je me suis peut-être voilée la face jusqu'à ce samedi soir où j'ai senti poindre l'agacement. Réunies autour d'un plateau de sushis, j'écoute d'une oreille qui se fait de plus en plus distraite les deux frangines qui me font face.
L'air est doux. Il est 20h30 et il fait nuit. Pêle-mêle, je pense à la candidature que j'ai envoyé plus tôt dans l'après-midi, aux chansons à paillettes de Bag Raiders, à mes pommes de terre qui attendent d'être mangées, à elle, à lui, à toi.

-T'es pas d'accord ennA?

Moment de flottement.
J'avoue que j'ai perdu le fil de leurs histoires, le nom des personnages masculins qui habitent leurs nuits, hantent leurs esprits 24h/24 et qui sont devenus leurs uniques sujets de conversation depuis... Il y a Nicolas, Thibault, Florian, Michael et Rob.
Tous sont des jeunes hommes, rencontrés en ligne et faits pour être consommés rapidement car la date de péremption est courte. Une vie sexuelle que la morale réprouve et que l'on justifie par un évident on-est-jeune-et-faut-bien-s'amuser-ennA.

Ok, je suis vieille et je ne m'amuse pas. Point. Parce que je suis froide. Comme mes pieds sous la couette. Très belle déduction du gus de l'autre fois. Ah j'oubliais: je t'emmerde aussi.

- Sans oublier Jean-Robert? j'esquive par de l'humour. Tentative réussie pour leur faire oublier que je ne captais que dalle à ce qu'elles me demandaient.

Après quoi courent-elles? Que cherchent-elles? Que veulent-elles dans le fond?
Ma dissertation sur une relation qui n'en est pas une? Un sous-entendu qui n'a pas lieu d'être? Mon commentaire inutile sur leur dernière partie de jambes en l'air? Sur le pourquoi il n'a pas appelé?
Me voilà devenue spectatrice et juge de leurs vies intimes. Laissez-moi enfiler ma robe de magistrate pour être plus crédible afin de trancher qui de Nicolas, Thibault, Florian, Michael et Rob est le plus sérieux et le plus sincère. Laissez-moi jouer avec mon petit marteau qui départagerait ceux qui se contentent d'une nuit de ceux qui veulent plus.
Pffiou! Pas simple de gloser sur des faits dont je me fous car il s'agit ici - et j'ai statué - plus d'une compétition entre frangines que véritable envie de rencontrer quelqu'un.
C'est à celle qui sortira le plus souvent avec son étranger, à celle qui recevra plus de nouvelles de la part de son amant dans la semaine et à celle qui pourra s'envoyer en l'air le plus de fois. Et accessoirement, si elles sortent avec le plus beau, c'est encore mieux.
Ah! la compétition entre frangines! Se chicaner, se quereller, se chamailler, se provoquer. Concept qui m'était alors totalement inconnu. Je suis le quota féminin de ma fratrie.

C'est prodigieux de s'élancer à culs perdus dans des histoires sans lendemain et d'en espérer quoi que ce soit. On ne sait jamais, sur un extraordinaire malentendu, le gros queutard pourrait se transformer en prince charmant. C'est illusoire de chercher du sérieux sur des sites faits pour s'amuser. C'est donner le bâton pour se faire battre. Quoique, elles ne le savent pas mais peut-être qu'elles aiment ça. Encore et toujours avoir mal au cœur, concession à faire pour s'amuser comme elles disent.

Je refuse de jouer plus longtemps le rôle de la fée bienveillante qui écoutera maintes et maintes fois leurs désillusions, qui tentera de réparer leurs petits cœurs brisés par l'égo et l'inconscience et qui essuiera leurs larmes pour la quarante douzième fois. J'en ai marre de leurs discussions philosophiques à propos de c'est-qu'un-gros-salaud-tu-crois-que-je-devrais-le-rappeler-? ou de je-pense-que-c'est-le-bon-on-se-voit-depuis-dix-jours-et-tout-se-passe-bien ou encore de 'tain-il-n'a-pas-encore-répondu-à-mon-texto-je-crois-que-c'est-mort. Bobo tête à moi.

Bien sûr que non, je suis loin d'être jalouse. Pfff! Pour qui tu me prends? Jalouse de quoi? Cette compétition fraternelle et ces conversations superficielles me procurent exactement l'effet inverse.
Que ma solitude est plaisante au regard de ces bouleversements dignes d'un soap opera! Qu'il est doux de se tenir éloignée des psychodrames! Que la banalité de ma vie m'est agréable!
Amen.

8 commentaires:

  1. "On ne sait jamais, sur un extraordinaire malentendu, le gros queutard pourrait se transformer en prince charmant"
    ...
    Je vais faire encadrer cette phrase et je reviens ! ;o)))

    RépondreSupprimer
  2. Hello !

    Merci pour ce billet qui fait du bien. Je ne pourrais pas être plus d'accord avec toi. Ces filles se complaisent dans leur malheur, et y replongent dès que tu veux les en sortir.

    J'ai profondément aimé une fille exactement comme ça aujourd'hui. Je suis tellement déçu par l'énergie qu'elle met aujourd'hui à n'être qu'un morceau de viande que je suis très heureux de ne plus avoir aucun contact avec elle.

    Mais ton billet me rappelle qu'il ne faut pas que j'oublie que vous n'êtes pas toutes comme ça. Et bordel, ça fait du bien.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas quoi commenter sinon que j'ai beaucoup aimé cette note :)

    RépondreSupprimer
  4. @ Manou: mais je t'en prie, fais-toi plaisir! Pour ma part, je suis assez fière de "culs perdus" pour cœurs perdus :-D

    @ Simon Robic: je n'ai aucun problème avec les filles qui s'amusent, plus avec les filles qui s'amusent et qui se plaignent de tomber que sur des connards. En gros, celles qui ne savent ce qu'elles veulent! Et bien sûr que non, on n'est pas toutes comme ça. :-)

    @ Gaby: si tu as beaucoup aimé, c'est le principal! :-)

    RépondreSupprimer
  5. Mon dieu que cela fait du bien de lire ça :)
    J'avoue que la phrase relevée par Manou est juste extra.
    J'ai eu une amère expérience il n'y a pas longtemps et autant dire que par chance j'ai pris conscience que mes potes avaient assez faire mère Thérésa avec moi et que moi j'allais un peu plus égoïste.
    J'ai beaucoup aimé ton article :)

    RépondreSupprimer
  6. Merci Justine! Ah, c'est pas plus mal de s'en rendre compte. J'ai essayé de leur faire prendre conscience mais ce n'est pas évident. Je préfère prendre mes distances, du coup.

    RépondreSupprimer
  7. J'adore ton "à culs perdus" très sincèrement.
    Bon en tous cas les nanas que tu décris sont chiantes à souhaits. Je connais ces filles, je les évite depuis que je suis en âge de comprendre (ne serait ce qu'un peu) les choses. Je supporte pas ce genre de personnes...

    Courage :)

    RépondreSupprimer
  8. Ah enfin, quelqu'un apprécie mon "à culs perdus"! Merci Mamzell'Dree :-D

    RépondreSupprimer