30 juin 2011

Sous-entendus

autour d'un plateau de fruits de mer.
Les coquins voient toujours des sous-entendus grivois dans n'importe quel discours ou n'importe quelle situation. Donc, restez, j'ai besoin de vous. Pour rire. Et petite confidence, je relève les sous-entendus et les révèlent en fonction de mon audience.
Comme ce soir-là, où assise devant la télé et en compagnie de mes tuteurs, je dégustais ce qu'ils m'avaient laissé en goutines. (Goutine étant le mot que je prononçais pour langoustines quand je n'étais encore qu'un
e
marmot
te). J'ai été nourrie très tôt aux fruits de mer. La légende raconte même que ma maternelle ajoutait de l'encornet pour la vitamine B12, des pétoncles et autres coquillages dans mon biberon.
Donc. J'étais posée et me préparais à attaquer les innocents crustacés quand je surpris une conversation entre ma maternelle et mon paternel. Il s'agissait plutôt de commentaires glosant sur le prix, la cuisson et la taille des langoustines. Avec une insistance sur la taille. Et là, mes pensées dérapèrent. Qui a dit forcément?

Mon paternel: "Je préfère les grosses. Au moins j'ai l'impression de manger quelque chose."
Va savoir pourquoi, je me suis arrêtée qu'à la première phrase.

Ma maternelle: "et moi, je préfère les petites. C'est plus pratique pour sucer... les pattes."
Va comprendre pourquoi, je ne suis pas allée plus loin que sucer.

Tous les deux étaient très sérieux. J'ai baissé la tête et j'ai subitement trouvé les motifs ethniques de mon assiette fascinants. La spirale blanche sur fond noir m'hypnotisait. Le jus coulait lentement sur mon couteau, puis sur mon doigt et je m'appliquai à essuyer doucement avec un sop'.
Et comme je ne pense qu'à ça (nan pas à ça.), je me suis dis que ce micro-instant (à défaut de macro-événement, dans ma vie du moment) serait à bloguer. Pas de toute urgence mais au moins avant que 2011 se termine.
Puis, je me forçai à penser à quelque chose de triste. Le fait que je n'avais pas de boulot. Et ça a marché!

Bon...
Et tu ne te demandes pas à quelle taille je les aime (les goutines, hein?)? Perso, je n'ai pas de préférence, du moment qu'elles sont bien garnies et qu'elles ne s'épluchent pas en miettes mais d'un seul coup.

Sinon, je ne te l'ai pas dit mais j'adore manger des fruits de mer. Gros dossier!
Broyer avec une pince.
Briser les pattes par la simple force de mes doigts de jeune fille. Fourrer (vas-y rigole!) avec un couteau la "cervelle" d'une goutine et en retirer "le rouge".
Dépiauter (ou déshabiller) violemment la carapace des boucauts.
Fracasser le crâne du crabe sans discuter. Racler ses alvéoles. Une à une, dans le sens inverse des aiguilles d'une montre. Non, je déconne!
Commettre une infraction au domicile du bigorneau avec une aiguille
à tricoter
. Et le sommer de sortir de sa coquille les mains sur la tête sans délais ni gestes brusques.
Fendre la palourde sans lui demander pardon.
Déloger la moule sans ménagement. Que j'utilise ta coquille comme pince pour débusquer la prochaine!

Tu peux comprendre le carnage ambiant autour d'un plateau de fruits de mer. Je mange sans couverts, seulement armée d'un couteau. Je retourne aux premiers instants de l'évolution humaine. Je décapite. Je dévore. La chair vole à travers la pièce. Je ne me soucie plus d'asperger mes convives du jus de cuisson ou de l'eau de mer contenue dans les coquillages à cause d'un broyage mal négocié. La bienséance est mise temporairement de côté. Pas de quartier pour les crustacés! Je ne te retranscris pas les bruits de bouche, bande-originale
de la dégustation
du cataclysme. Tu ne pourras que constater le chaos de coques, coquilles, pinces, pattes évidées, régnant après l'assaut final des combattants autour de la table. Durant un laps de temps, tout n'a été que destruction, démolition et extermination.
Mes doigts collants et le rot que je parviens à contenir avec difficulté sont les signes de la trève. Jusqu'au prochain affrontement.
Je prends une lingette au citron pour calmer mes nerfs. Et en même temps, reprends une posture de lailledè.

7 commentaires:

  1. Je ne regarderai plus les langoustines de la même façon maintenant ;)

    RépondreSupprimer
  2. Et sinon y avait des bananes ou des abricots pour le dessert? : )

    RépondreSupprimer
  3. @ Denis: c'était le but! :-D

    @ M1: salade de fruits! :-D

    RépondreSupprimer
  4. Tes tuteurs ne parlaient que de langoustines !
    Dans ma famille, ça part sur les langoustines et ça finit sans pudeur sur le sexe :/

    RépondreSupprimer
  5. Ah mon dieu je ne regarderais plus les fruits de mer de la même manière :o)))

    RépondreSupprimer
  6. Ce billet m'a bcp fait rire haha ! En particulier lors de ton interet soudain pour les motifs ethniques de la vaisselle.

    RépondreSupprimer
  7. @ Lilly: ah? Ce n'est pas comme chez moi! ;-)

    @ Sekhmet: :-D et une de plus!

    @ Anonyme: oui, parfois, il faut savoir se concentrer sur certaines choses afin de penser à autre chose.

    RépondreSupprimer