29 décembre 2010

Fourzitout

Au 1er janvier 2010, je m'étais dit que cette année allait être un bon cru. Je sais pas d'où me venait cet optimisme inhabituel: l'ivresse de 4 verres de crémant? la volonté inconsciente de positiver? le pouvoir hypnotisant du chiffre rond? Quoiqu'il en soit, 2010 s'est avéré très bon. D'autant plus après trois années de merde où je ne pouvais que rebondir.

A ce moment précis de l'année, ma vie ressemblerait au célèbre plat de Fabienne Lepic. Il y a des restes un peu partout dans mes différentes vies qu'il faut rassembler avant que 2011 se pointe.
Je commencerais par sortir toutes les boîtes tuppeurwére. Il y aurait d'abord une boîte petite au couvercle rose avec un post-it en forme de cœur. Dedans, on pourrait trouver M. l'audacieux, aux mains chaudes et aux yeux rieurs et à l'optimisme rêveur. Avec un léger soupçon de complication et de dépression. Il n'aime pas trop les choses simples. Contrairement à la recette du fourzitout. M. l'audacieux ignore que je suis un produit qui se consomme rapidement et qui ne se conserve pas pendant un mois, au risque de devenir frustrée et énervée. Quelques miettes de boulets seraient éparpillées dans la boîte. Des miettes sur lesquelles je pourrais souffler pour presque les faire disparaître. Des boulets qui n'ont fait que passer dans ma vie 2010. Et tant mieux!
Je sortirais un grand plat blanc, ovale de préférence. J'ai toujours aimé la forme ovale. Je suis sensible à ses angles arrondis. (Ovale makes me horny! Ahem!). Je bennerais le contenu de la boîte au couvercle rose. J'étalerais M. l'audacieux avec ma cuillère en bois. Je saupoudrerais ce premier reste d'espoir-amer.

Je saisirais une autre boîte beaucoup plus grande, ovale, répondant au nom d'Amitiés. Le cœur léger et le sourire aux lèvres, je soulèverais le couvercle jaune. Le contenu déborderait et je me précipiterais pour le verser au-dessus du plat. Pêle-mêle, je retrouverais mon amie des marais, lien surprise made in 2010. Des liens approfondis avec des gens de la période fac. Une redécouverte d'une personne suite à sa rupture amoureuse. Beaucoup de rencontres sous le pseudo d'ennA (blogueuses nantaises, vendéenne et blogueur d'ailleurs) comme sous mon vrai prénom. Tout cela nappé de sauce soirées-daïquiris-confidences-fous-rires.


J'ouvrirais ensuite une boîte carrée au couvercle vert foncé avec une étiquette blanche Taf. Dedans, mon expérience depuis février occuperait la majeure partie de la boîte. Je distinguerais quelques miettes de déception quant aux réalités de mon poste. Mon expérience déterminée aurait le goût de l'incertitude pour 2011. Elle serait également recouverte d'une croûte brûlée par les non-dits et l'hypocrisie ambiante et routinière. Cette boîte contiendrait une petite fiole, de la même taille que celles des sauces soja qu'on te rajoute à ta commande de sushis. L'étiquette serait neuve et indiquerait Indépendance. A son ouverture, cela sentirait l'odeur de thé froid et de brioche toastée, propre à mon appartement quand je rentre le soir. L'odeur des meubles neufs, des draps propres et de la crème pour les mains. J'éviterais de l'ouvrir trop souvent: j'aurais peur que l'odeur s'évapore trop rapidement. Je n'ajouterais pas la fiole dans mon fourzitout et je préférerais la garder près de moi. Je mélangerais tous ces restes de vies dans le plat blanc. J'ajouterais de la crème fraîche pour adoucir les fausses (mais rares) notes de 2010. Je mettrais du gruyère râpé et du parmesan parce que j'aime le fromage et puis surtout pour que toutes mes vies 2010 gratinent bien. Faut juste que j'attende que ça cuise quelques jours pour que ce soit prêt à déguster. Et que ce soit encore meilleur en 2011.


Et n'oublie pas de rouler un patin à l'ironie du sort
qui a fêté ses trois ans le 27 décembre.
Anniversaire honteusement oublié par moi-même!
Joyeux anniversaire l'ironie du sort!

3 commentaires:

  1. J'aime bien l'idée du fourzitout. On se nourrit de tout ce qu'on vit. Le bon comme le mauvais.
    Bonne année à toi ma belle ! Que tu puisses concocter un encore meilleur fourzitout en 2011. :)

    Et joyeux anniversaire l'ironie du sort alors, avec un peu de retard, forcément. ^^

    RépondreSupprimer
  2. Bonne année à toi et bon anniversaire à ton blog!

    RépondreSupprimer
  3. Ai toujours aimé les petites boites.

    Et bon anniversaire en retard à l'ironie, du sort et des mots.

    RépondreSupprimer