30 novembre 2010

Jupe

Attention billet de 10 kilos! Pressé-es s'abstenir! La lecture en diagonale et trop rapide peut donner mal aux yeux et tu pourrais passer à côté de détails qui ont leur importance. Et comme j'aime te faire souffrir, il n'y aura pas de photos pour alléger le tout.

Attention billet légèrement (mais pas totalement) cul-cul à la fin! Cyniques s'abstenir!
Elle est arrivée dans ma vie lors d'une fin d'année. Au moment où tous les magasins de fringues te foutent la pression car il faut absolument acheter une tenue que tu porteras juste pour le dernier jour de l'année. Elle a accompagné la majorité de mes soirées étudiantes, survivante à de nombreux verres renversés, de vomis et de tâches de cendre. Elle est robuste. Et toutes les deux, nous nous sommes lancées à l'assaut des soirées en tous genres. S'adaptant autant à des cocktails mondains, des concerts qu'à des bars ambiance, elle est mon amie des soirées à l'improviste grâce à sa fermeture éclair qui se zippe toute seule.

D'une forme idéale pour ma morphologie, forme trapèze, elle est noire, en coton et bordée de tulle. Comme diraient les modasses, c'est une très belle pièce! Aucun fashion-faux pas n'est possible avec elle. Elle va avec tout: bottes, bottines, escarpins, ballerines, collants fantaisies, collants en résille. Curieusement, c'est l'un des rares vêtements dans lequel je me sens bien, ma celloulitasse bien à l'abri des regards indiscrets. Si je l'ai gardée et que je la conserve comme une relique de mes soirées arrosées, c'est parce qu'elle possède un pouvoir secret. En effet, quand elle se colle à moi, je deviens irrémédiablement attirante et séduisante.
En toute modestie, bien sûr. Elle gaine ma confiance en soi.

Je ne l'avais pas porté en soirée depuis un bon moment. J'ignorais encore si ses pouvoirs étaient toujours réactifs. Puis mes 25 ans se sont pointés sans m'avertir et m'ont commandé pronto une soirée en leur honneur. Ils voulaient laisser une trace d'une soirée inoubliable.
J'ai donc ressorti ma jupe du placard. Apparemment, elle ne me faisait pas la gueule car je rentrais dedans.

Oui, sais-tu que les vêtements sont des objets très susceptibles? Il suffit que pour X ou Y ou même Z, tu te décides à les mettre de côté pour que la fois suivante, lorsque tu souhaites les porter à nouveau, ils ne te vont plus. Si! Ce n'est pas une question de grossir ou de maigrir, non, les vêtements sont tout simplement des objets hypersensibles (et pas qu'en lavage en machine).

Cette jupe m'a apportée un lot de boulets car c'est bien connu, les boulets sont partout. Ils s'apprêtent peut-être à se lancer à la conquête du monde. Je dis bien s'apprêter à se lancer: note la tournure lourde pour réinsister sur la caractéristique du boulet.
Elle m'a amenée aussi de jolis et mignons flirts.
Samedi soir, tadaaam, la jupe porte-bonheur a encore frappé. Il faisait froid mais j'avais mis des jambières par dessus mes collants. Dissimulée sous mon manteau en laine, je claque des talons sur les pavés du vieux Naoned. La démarche assurée, les paupières peintes en violet, je vais à la rencontre de ceux qui ont bien voulu fêter mon quart de siècle avec moi. Les disponibles pour une tournée des bars. Oui, les alcooliques, si tu préfères. Mais c'est juste une question de point de vue. Ne connaissant pas le planning de notre soirée à l'avance, nous avons déambulé au moment où la neige s'est mise à tomber. On se serait presque cru dans un cliché de La méchante (sauf, que nous, nous étions plus habillés). Les daïquiri se sont enchaînés, les bougies ont été soufflées maintes et maintes fois. A chaque endroit, les mêmes gestes se sont répétés. Les rires se sont faits plus fréquents. Les regards plus appuyés. Les audaces plus faciles.

Ma jupe n'y est peut-être pour rien. Après tout. C'est peut-être plus mon diadème de travers, mon maquillage qui avait coulé, ma démarche titubante et surtout mes mains glacées qu'un charmant audacieux s'est empressé de réchauffer en en prenant une dans sa poche. Ce sont peut-être ses yeux rieurs, sa grande taille et la façon qu'il avait de me caresser la main à l'intérieur de sa poche. Je n'ai jamais eu de contact physique aussi torride!
De là à savoir, si j'étais la seule à avoir la tête qui tournait...

6 commentaires:

  1. Ho tu te lances dans le blog mode ;)

    RépondreSupprimer
  2. moi je veux une photo si tu fais du blog mode... n'oublie pas les genoux en dedans!

    RépondreSupprimer
  3. Je crois que nous avons toutes notre vêtement/bijou porte-bonheur, avec lequel nous nous sentons au top ! ;)

    RépondreSupprimer
  4. C'est inhabituel, un billet de ce genre chez toi, mais j'aime beaucoup ! On a tous la tenue magique, dans laquelle, même fatiguée, même empiffrée de sucre, on est belle. Yatcha sur ta jupe !

    RépondreSupprimer
  5. @ Denis: non, je ne suis pas assez douée ;-)

    @ Almira Gush: fouille bien l'ironie du sort. Tu devrais me retrouver en train de faire la pause modasse en pyjama.

    @ Céleste: bienvenue blogueuse nantaise :-)

    @ Marine: inhabituel par la longueur? ou inhabituel par le thème abordé?

    @ Manu: j'ai préféré largement la soirée de la jupe! ;-)

    RépondreSupprimer