18 octobre 2010

Blogodouble

Depuis trois ans, j'avoue que l'idée de ton existence m'a effleuré l'esprit. Je t'ai cherché. Au départ, je ne pensais pas trop à toi, me laissant plutôt voguer par mon inspiration plus prolifique qu'aujourd'hui. Papillonnant de blogs en blogs, je commençais une nouvelle relation sans prise de tête. Maintenant, l'idée de te trouver parmi des millions de blog devient obsédante. C'est ma fantaisie du moment. Ma lubie persistante.

Existes-tu mon blogodouble? Et où te caches-tu?

Les gens que j'ai pu "côtoyer" depuis mes débuts restent à l'état de connaissances. Le relationnel, pour mon cas est resté superficiel. Certains jours sur Twitter, je préfère rester silencieuse car je n'ai pas grand chose à dire, à de presqu'inconnu-es. Je capte quelques bribes de vies mais n'arrive pas à faire de commentaires. Peu d'affinités se sont créées.
Il n'y a qu'ici que j'arrive éventuellement à émietter mes sentiments et mes ressentis.

Et depuis trois ans, j'aurais pu te trouver mon blogodouble. J'aurais pu tomber sur ton blog parmi mes errances sur le oueb mondial. J'aurais tout de suite aimé tes écrits. Je me serais reconnue dans ce que tu aurais pu décrire. J'aurais commenté systématiquement. Et réciproquement. Tu te serais inquiété-e de mes absences répétées. J'aurais demandé de tes nouvelles. Une correspondance se serait nouée au fil de ces trois ans. Tu m'aurais cerné au fur et à mesure et j'aurais fait de même. Tu aurais été là pour les choses sérieuses et les choses délirantes. Le virtuel n'aurait plus suffit et on se serait enfin rencontré IRL.

Et puis, on aurait fini par monter un blog à deux pour sceller notre pacte. On aurait révolutionné modestement le concept de blogueur influent. On aurait tapissé notre nouvel endroit virtuel de photos passées au filtre vieilli et adouci, façon Photoshop. On l'aurait également décoré avec des cupcakes et des ballons de baudruche pastels. Tu te serais improvisé webrafistoleur en ergonomie visuelle et moi, je me serai inventée bloging-manager en freelance pour marquer mon indépendance au système. On se serait logiquement envolés pour New-York, aux frais de la princesse et on aurait pris quelques photos en macro du trottoir des rues de la Grosse Pomme ou des tâches d'huile sur ton cornet de frites. 'fin bref, ça nous aurait fait des souvenirs inoubliables.

Un beau soir d'été, j'aurais demandé ta main durant une opé Cochonou. Je n'aurais jamais su si la proposition venait vraiment de moi ou du saucisson au fromage fumé (qui est le dernier né de la gamme Cochonou, crée en Ardèche en 2008. 2,53 € dans tous les bons hypermarchés.). On aurait live-twitté notre mariage et notre nuit de noces. On aurait roucoulé dans les îles comme tous les gens célèbres d'Internet, fraîchement mariés. Et rebelote avec les photos en macro: grain de sable, arête de poisson grillé, molécule d'eau, peaux mortes des orteils et rayon du soleil couchant.
On aurait quitté le navire en pleine gloire, restant énigmatiques quant à notre probable retour sur la toile (ah! l'art du teasing!), regrettés par un peu plus de 302 commentaires.

J'ai quand même une putain de vision des choses, non? Dis-moi, mon blogodouble, si tu me lis, n'est-ce pas un destin extraordinaire qui nous attend? Ecris-moi!
En attendant, je te cherche toujours. Et peut-être que toi, tu fais de même. Ou pas. Peut-être que je n'ai pas de double sur la toile.

12 commentaires:

  1. Dommage, tu es trop loin géographiquement parlant ;)

    RépondreSupprimer
  2. blogodouble, je n'y avais pas pensé, mais pourquoi pas le chercher effectivement... j'entretiens des relations superficielles avec les blogueurs...

    RépondreSupprimer
  3. J'avais bien aimé déjà ton twit à ce sujet, le blogodouble existe-t-il, et si oui, le pensera-t-il aussi qu'il est ton blogodouble, tu vois ?
    Mais il aura de la chance, car j'aime bp ta plume. Bonne quête !

    RépondreSupprimer
  4. un blogodouble ? pourquoi pas....en tout cas c'est sûr que j'ai fait des rencontres et qu'il y a des sites où j'aime me balader et retrouver des amis. Parfois si ce ne sont pas des doubles, ce sont des proches

    RépondreSupprimer
  5. j'aime bien le concept de blogodouble... et j'avoue passer de blogs en blogs toute la journée, sans peu souvent trouver ce qui me ressemble... mais ça n'empêche pas que des blogs très différents du mien soient des bouffées d'air frais, moi qui ne prend pas de photos et qui ne sait pas me moder convenablement !!

    et sinon pour être ton blogodouble, faut envoyer un CV et passer un entretien ?! :-))))

    RépondreSupprimer
  6. @ Florence: bienvenue! Tu as toutes tes chances car j'apprécie ton blog.

    @ Denis: oh! je ne pense pas que ce soit une question de géographie, du moins pas au début.

    @ Papillote: ah oui, toi aussi?

    @ Aude: la question de la réciprocité, je n'y avais pas pensé... J'espère que mon blogodouble et moi, on se reconnaîtra.

    @ Domi: bienvenue ici. J'ai également rencontré des blogueurs dans la vraie vie. La plupart du temps, cela s'est bien passé et cela en est resté là, à mon grand regret.

    @ Marine: oh non pas de CV ou d'entretien. Juste une demande: veux-tu être mon blogodouble?

    RépondreSupprimer
  7. Voyons ennA, tu n'as pas de double puisque tu es unique :D

    Perso, en deux ans et demi, il n'y a qu'une seule personne avec laquelle j'ai franchement sympathisé par blog interposé, au point qu'on se voit de temps en temps. D'autres sont restées au stade de cyber-connaissances avec lesquelles ça ne dépasse pas les échanges de mails, distance géographique oblige, et même celles-ci sont rares (j'utilise le féminin en rapport à "personnes", mais il y a aussi des hommes parmi elles, hein ^-^).

    Finalement, rien ne vaut la vraie vie :)
    Et puis, sans vie, pas de blog, si?!

    RépondreSupprimer
  8. Concernant les "rencontres" blogosphériques, je n'ai rencontré que peu de monde "en vrai", mais c'est comme lorsque l'on fait la connaissance de quelqu'un directement, il y a des personnes avec qui ça se passe bien et d'autres non.
    Parmis celles avec qui ça se passe bien, certaines personnes seront des connaissances, tandis que d'autres deviendront des amis.

    RépondreSupprimer
  9. @ Mademoiselle Catherine: rhoo, tu es la première à me faire le compliment; merci :-) La majorité de mes rencontres avec des blogueurs/blogueuses s'est bien passé.
    Notre quotidien alimente notre blog et notre blog alimente notre quotidien grâce aux rencontres qu'on peut faire.

    @ Lyly: donc, pour toi, ce serait juste des rencontres comme les autres et faire connaissance naturellement. Il n'y a que le lieu où l'on s'est croisé (les blogs) qui changerait. Moi, j'ai eu moins d'appréhension à rencontrer des blogueurs qui étaient habitués à venir commenter que des simples gens lambda. Tout simplement parce que j'ai l'illusion(?) qu'ils me connaissent un peu et qu'ils en savent un peu sur moi et vice-versa.

    RépondreSupprimer
  10. En fait je suis quelqu'un de compliqué !
    Je crois bien que de manière générale, j'aurai plus d'appréhension pour rencontrer des gens qui me connaissent déjà sur le web car j'aurai peur que ces personnes soient déçues car m'imaginaient peut être différemment que je ne suis vraiment...
    mais d'un autre côté si ces personnes m'apprécient déjà elles n'auront pas d'appriori en me voyant, contrairement à de inconnus...

    Il faut dire aussi je n'ai rencontré que peu de personnes par l'intermédiaire du blog.

    RépondreSupprimer
  11. @ Lyly: c'est vrai qu'il y a toujours de risque d'être déçue et de décevoir. ça va dans les deux sens.

    RépondreSupprimer