09 janvier 2009

Loser

Enfin un billet penseras-tu! Eh oui, à la manière du Fonacon, je tentais de résister à 2009 et l'idée de voir que j'avais publié 109 billets en 2008 me plaisait plutôt bien. Mais l'inspiration s'est faite trop forte.

Billet à haute teneur en sarcasmes.

Il y a quelques semaines, j'ai passé une soirée dans une petite bourgade frontalière à faire la fête jusqu'à très tôt le lendemain matin. Nous étions une petite quinzaine et au fil de la soirée se formaient quelques groupes réunis souvent autour de la personne la plus ivre. Cependant, quelqu'un n'a pas échappé à mon regard de lynx: le loser.
Nous avions été présentés quelques heures plus tôt: Cédric, enchanté! ennA, enchantée (un peu moins). La grandeur et le décollement de ses oreilles, la rousseur suspecte de sa tignasse, la grosseur de ses narines (et non de son nez, tu noteras la subtilité!), la pâleur de son teint et son look approximatif m'ont tout de suite indiqué qu'il était le loser de la soirée. The big one. The only one. Et ce fut le cas.
Etant proche des groupes formés sans pour autant en faire partie, le loser est en général seul. Seulement, il n'a pas eu le choix. Eh oui, sortir se peler les miches toutes les demies-heures pour tirer sur le chichon, ça n'aide pas à construire une conversation suivie.
Pourtant, il ne s'est pas avoué vaincu et a tenté plusieurs approches avec moi. On aurait pu dire qu'il était intéressé. On aurait pu.
J'ai testé pour toi, l'approche du muscat. Bouteille à la main, verre dans l'autre, regard faussement langoureux, le loser avait à peine esquissé sa demande qu'il lisait sur mes lèvres gercées que je réduisais tout ceci à néant.
Pas grave! Le loser a répliqué plus tard par l'invitation dite de la cigarette. Paquet de malboro (pas light) dans la main et coup d'oeil en direction de la baie vitrée. J'ai cru à une plaisanterie, un jouet de mon imagination mais non, il était motivé pour que j'aille fumer avec lui dehors par -15°C. Le loser est connement désespéré ou désespérément con. Je ne sais pas. A toi de choisir!
"Bon, apparemment, elle ne boit pas de muscat, ne fume pas la malboro; ça tombe bien, je n'aime pas les filles faciles; pas de souci, je vais tenter autre chose" a du se dire Casanova.
Il a regagné sa place près d'un groupe mais pas assez près pour entendre la conversation qui s'y tenait. Faut savoir que mon loser a commencé à sérieusement picoler (eh oui, du muscat) et puis il a commencé à sortir son nécessaire à tricoter, nan à chichon pour passer le temps, quoi! C'est dingue comment l'alcool et le pétard peuvent si bien tenir compagnie et donner une certaine contenance même pour les losers. Et puis faut dire que la maîtresse de maison a eu l'excellente idée à 3h du matin d'être plus clémente envers les fumeurs et de tolérer la fumée à l'intérieur. Et là, je n'ai pas pu couper à la proposition dite de la fumette entamée. Vu son air hagard et assez encombré par l'alcool, j'ai du décliné une énième fois gentiment.
Bon, là, tu vas croire que mon loser n'a parlé à personne de toute la soirée, qu'il est resté dans son coin à boire des verres et à fumer. Tout n'est pas vraiment exact. Il a réussi à avoir une conversation soutenue, avec une fille (oh intéressant!) qui était venue avec son copain (loser) et qui était sur le point de partir (loser again) sur l'insertion en entreprise (loser again and again). Mes oreilles ont été longuement bercées par sa voix faiblarde et tremblotante. On aurait pu dire que c'était parce que je n'étais pas loin et qu'il était troublé par ma proximité. On aurait pu.
A 5h du mat', j'ai abdiqué la première en allant me coucher laissant en plan Casanova. Plus tard, dans la matinée, j'ai appris que mon loser n'était pas resté dormir sur place. Il avait préféré prendre le volant avec un taux d'alcool dans le sang et un nombre de pét' aussi élevés que mon actuel compte en banque (nan, je n'exagère pas)! Et là, j'ai la réponse à la question que je me posais plus haut: je sais que
le loser est connement désespéré et aussi désespérément con.

12 commentaires:

  1. EN voilà un qui commence bien l'année :)

    RépondreSupprimer
  2. charmant ce loser ;-) y a des mecs tellement lourds !

    RépondreSupprimer
  3. personnage hautement sympathique et fort bien dépeint! n'empeche le pauvre :)

    RépondreSupprimer
  4. ahah excellent. pauvre looser.

    n'empêche, critique pas les oreilles décollées hien. Moi j'ai du les faire recoller quand j'étais en CM2 tellement c'était dramatique.

    RépondreSupprimer
  5. @ Electromenagere: ah tu trouves, toi aussi?! ;-)

    @ Léna: oui, j'ai pas trop eu de chance sur ce coup-là!

    @ Marinette: je suis un peu méchante sur ce post-là mais oui le pauvre!

    @ la perchée de service: faut pas retenir que je critique les oreilles décollées dans ce post, hein? Il s'agit avant tout du loser ;-)

    RépondreSupprimer
  6. 2009 l'année des crétins ?
    non, je demande cela, because entre Manou et toi, vous avez déniché des spécimens assez gratinés tout de même.

    RépondreSupprimer
  7. aaah le loser, et il est pas mal celui-là ;) Et plus les années passent, plus le loser devient encore plus loser, et beauf...

    RépondreSupprimer
  8. C'est un looser de compêt celui là dit donc :D


    (c'est gentil pour la bannière :))

    RépondreSupprimer
  9. @ Dom: Euh, pour Manou, à côté du mien, c'était du loser de compét' :-D

    @ Caro: et après ça donne un vieux beau, qui veut rester dans le coup, quoi!

    @ Gazelle: je suis tombée sur un cas et de rien pour la bannière ;-)

    RépondreSupprimer
  10. Oui merci aussi pour la bannière, bientôt la tienne ?? :-D

    RépondreSupprimer
  11. Ah mais c'est aussi un boulet, non?

    RépondreSupprimer
  12. @ Lyly: de rien. Pour la mienne, c'est en projet et dans ma to-do list :-)

    @ Touwity: oui aussi!

    RépondreSupprimer