22 février 2008

Paris


Regardez bien l'affiche. Si vous la regardez attentivement, vous aurez en tête l'esprit du film. On va dire que l'affiche est à l'image du film. Une multitude d'histoires entre des personnages réunie autour de la capitale. Paris.
Et dire que je trépignais d'impatience de voir le dernier film de Klapisch, c'est limite si je ne barrais pas les jours sur mon calendrier! Il faut dire que je suis assez fan de ses films; j'en ai vu quelques uns (Le péril jeune, Chacun cherche son chat, Un air de famille, l'Auberge espagnole et les Poupées russes). Je suis donc allée voir Paris hier. Et là, c'est le drame!!!
J'ai compris que ce n'est pas parce qu'il y a plein d'acteurs talentueux dans un film qu'ils sauvent la mise.
J'ai compris que 2h10 quand il ne se passe pas grand chose, eh bien c'est long. Je me suis surprise à jeter un coup d'oeil sur mon portable.
J'ai compris le véritable sens de mots tels que brouillon, clichés, routine, superficiel,...
Donc si vous faites preuve d'une extrême intelligence, ce dont je n'en doute pas, vous aurez compris que j'ai été déçue par ce film. Oui vraiment déçue!!
Klapisch, mais qu'est-ce que tu as foutu?? Je m'adresse à lui, directement, dans l'hypothétique espoir qu'il atterrisse ici. Je sais je peux toujours rêver, mais quand même!

Un des rares points positifs du film c'est qu'il porte extrêmement bien son titre. Paris. En effet, on ne voit QUE la capitale. Les personnages et leurs intrigues pèsent tellement peu qu'ils s'effacent au profit de Paris. D'ailleurs certaines intrigues sont uniquement construites sur des clichés: quoi de plus original qu'une étudiante qui se tape son vieux prof de fac? quoi de plus original qu'une parisienne branchée prête à accueillir un pauvre immigré africain en France rencontré lors de ses vacances au Cameroun? Bon. Passons.

Comme je le disait plus haut, la brochette d'acteurs laissait quelques espoirs. Rapidement balayés par Fabrice Luchini ou François Cluzet. Le premier est déjà à lui tout seul UN personnage. Il n'a pas besoin de jouer. Il suffit qu'il ouvre la bouche pour que je vois Luchini et non Roland Verneuil. Dommage. François Cluzet joue le rôle de son frère mais je ne sais pas, on ne le voit pas. Il est là pourtant mais il est transparent et complètement fade. Quant à Karin Viard, même si son personnage est à mourir de rire, il n'est pas essentiel au film. On aurait très bien pu la zapper complètement! Sinon, c'était la première fois que je voyais Juliette Binoche dans un film. Elle joue avec une facilité déconcertante. Et j'avoue que le tandem Binoche-Duris est celui qui fonctionne le mieux. A noter, un Romain Duris toujours aussi craquant mais en petite forme.

Et puis, je me suis surprise à rire lors de scènes complètement ridicules. A un moment, on suit la soirée mode d'un groupe de branchées parisiennes qui comme par magie, atterrissent à Rungis, aux dépôts où vont s'approvisionner les gens du marché en produits frais. Mais qu'est-ce qu'elles sont venues foutre à Rungis? Hein? Bon. Passons. Et là comme par hasard, elles tombent sur le petit groupe du marché que l'on suit depuis le début du film. Et c'est à partir de là que le ridicule intervient. Visite guidée dans les entrepôts, pelotages sur le parking, course poursuite sur des élévateurs animée par les piaillements exagérés des branchées (c'est vrai que ça va super vite un élévateur) et une partie de jambes en l'air dans la chambre froide (so sex!).
A côté de ces scènes où la folie (?) n'opère pas, on en a d'autres qui sont franchement marrantes: la scène de Roland avec son psy, celle du flirt entre Pierre et la collègue de sa soeur et... et c'est tout!

Pour finir, je trouve qu'un film choral peut être facilement raté. Plus on a d'acteurs et d'histoires, moins on s'attache et moins c'est intéressant. Dans Paris, il s'agit de "posts-its" d'intrigues se résumant à une seule phrase. Dommage. Dommage pour toi Klapisch. Pas assez fou. Pas assez magique. Trop quotidien. Trop banal. Dommage pour toi Klapisch et dommage pour moi. Mais ne t'inquiètes pas, j'irai voir ton prochain film avec la même hâte et la même excitation que j'ai eu à la sortie de Paris.

4 commentaires:

  1. Bon bah un que je ne verrai pas ;)
    Mabb

    RépondreSupprimer
  2. Les avis divergent vraiment sur ce film, j'ai vu quelques extraits qui m'ont bien plu mais j'hésite encore à aller le voir...

    RépondreSupprimer
  3. je sais pas trop si j'irai le voir... je verrai si j'ai le temps, j'ai un pote qui a adoré...

    Sinon je t'ai fait plaisir et une nouvelle bourde de Rachel la stagiaire est en ligne...

    mais c'est exceptionnel, apres ca sera tous les mercredi !

    RépondreSupprimer
  4. L'affiche est complètement à l'image de ce qu'il me reste du film après l'avoir vu : des flashs, des belles images, des histoires qui s'entrecoupent avec en toile de fond Paris.

    Bravo Klapisch :)

    RépondreSupprimer