19 juin 2008

Envie

Il est vrai que l'on envie toujours ce que l'on n'a pas. Il est vrai aussi que l'on n'est jamais content de ce que l'on a. Je parle ici pour les relations amoureuses et amicales. Mais cela se vérifie pour des choses plus futiles: des fringues, des objets, ... Fais travailler un peu ton imagination!
Je suis longtemps restée célibataire. Je n'ai pas vécu une adolescence normale. J'entends par normal: les boums, les flirts avec forfait appareils dentaires et boutons plein la figure. Je restais isolée et les garçons ne m'intéressaient pas vraiment, les filles non plus! Habituée aux écoutes nocturnes radiophoniques, je trouvais qu'être en couple était plus source de soucis qu'autre chose. Je me trouvais heureuse tout seule. Je me suffisais
à moi-même.
Puis j'ai grandi, changé d'école et croisé d'autres personnes. Je n'enviais toujours pas ceux qui étaient en couple peut-être parce que j'étais entourée de célibataires. Les personnes qui me connaissaient bien avaient cette théorie: mon envie se cachait sous une couche de (fausse) aigreur; mon pessimisme lucide et mon ironie infaillible à tout épreuve. Peut-être avaient-ils raison? Mais moi, je persistais et signais. Je me sentais à l'abri de la tornade du "couple", de "l'autre" qui entre dans ta vie sans crier gare et qui chamboule toute la mécanique du quotidien construite patiemment. Je me sentais à l'abri, confortée par la logique efficace de cette maxime: "ça ne m'est jamais arrivé donc pourquoi ça m'arriverait?".
Et puis un jour, BOUM ça fait des chocapics, tu vois débarquer quelqu'un dans ta vie, sans que tu n'aies pu faire quoi que ce soit de spécial. Et à partir de là tout se complique! Il faut apprendre à gérer son temps entre lui et les amis (je ne suis pas trop pour les mélanges. J'ai peur que ça donne quelque chose d'explosif). Il faut apprendre à rendre des comptes. L'une des choses les plus difficiles pour la solitaire et l'individualiste cachées en moi. Il faut se montrer responsable lors de décisions à prendre. Je ne te ferai pas la liste entière car ce n'est ni le moment, ni l'endroit, ni le but.
Tout ça pour dire que par moment, j'envie mes copines célibataires et elles me répondront qu'elles aimeraient être à ma place. Je les envie lorsque je traverse de mauvaises périodes. Car finalement, on envie les autres juste pour les bons moments: ceux de la casée et ceux de la célibataire. Pour les mauvais moments, je doute qu'il y ait beaucoup d'envieux!

Le baiser, Klimt.

7 commentaires:

  1. On a toujours envie de ce que l’on ne possède pas, c’est humain, après à toi de peser le pour et le contre, la vie est souvent faite de compromis.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, d'accord avec Denis, quand on est célib' on voudrait se caser, et quand on est casée, on envie les célibataires...

    RépondreSupprimer

  3. @ Gazelle: bon, ok! rien à rajouter!

    @ Mam'Zelle Yoko: interdiction de copier pour les commentaires! :-D

    @ Denis: j'acquiesce.

    @ emanu124: j'acquiesce encore. ^^

    RépondreSupprimer
  4. Ton introduction m'a fait penser à un cours de philo sur le désir ! Tu ferai bonne prof tiens...

    RépondreSupprimer
  5. Oh non pas la philo! Au secours! :-D

    RépondreSupprimer